Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
CCI de la Drôme
Ensemble pour vous faire grandir
0

Le château de la Gabelle, la Provence qui se mange et qui s’exporte

Début 2021, Inès Eydoux, dirigeante du Château de la Gabelle, prend contact avec la CCI de la Drôme pour des questions réglementaires sur son projet d'export. Après quelques échanges, elle commence un parcours réglementaire, pour gagner du temps et structurer son projet. Par la suite, elle est mise en relation, via la Team France Export, avec le bureau Business France Royaume-Uni pour mettre en place un plan de prospection. Depuis, Inès Eydoux est accompagnée par sa conseillère développement international pour le suivi de son plan d'actions. 
  • #INTERNATIONAL
  • Chateau de la Gabelle lavande
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Jeudi 6 octobre 2022

    Un château, aux confins de la Drôme, le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence, des paysages de carte postale, la lavande bien sûr. Bienvenue au Château de la Gabelle, où Inès Eydoux, 29 ans, a repris le flambeau de l'entreprise créée par ses grands-parents au sein du château familial. Elle a repris l’identité de la marque, l’a professionnalisée et l’a élargie. Le Château de la Gabelle se consacre désormais à la production alimentaire. Elle achète et transforme le lavandin, la lavande (outre les bouquets et huiles essentielles, l’entreprise s’est spécialisée dans les fleurs triées, comestibles), mais aussi le petit épeautre. Elle exploite également le produit des ruches du château. 


    Une première expérience entrepreneuriale pour Inès Eydoux, après des études en école de commerce et un début de carrière à l’international. « Le château m’a rappelée » explique-t-elle. Elle commence l’aventure et connaît assez rapidement une phase de croissance telle qu’elle embauche un alternant dès cet automne. Conséquence du… Covid ! « Quand le tourisme a été à l’arrêt à cause du Covid, il a fallu vite rebondir, trouver un nouveau modèle, sortir de sa zone de confort. » Elle s’est donc tournée vers l’international, USA et Canada en tête, accompagnée par la CCI et le programme Ambition Région International. Deux ans plus tard, 70 % de son CA est à l’export. La société affiche une progression de 60 % chaque année depuis 2020. Le made in France ou made in Provence, couplé à la belle histoire du château familial, s’exporte bien. « Il faut savoir enlever les œillères » explique l’entrepreneure qui concentre désormais ses efforts sur l’Europe.